de Annelise Roux

en savoir plus

La République Du Cinéma

Albert Dupontel, sale gosse désopilant

Par Sophie Avon

C’est sans doute le pitch le plus improbable de l’année : une juge austère enceinte d’un cambrioleur soupçonné d’être un meurtrier … Albert Dupontel a pourtant eu l’idée de ce sujet après avoir vu « 10 e chambre, instants d’audience », le documentaire de Raymond Depardon qui est loin d’être une fantaisie.  Il en a été ému, bouleversé, inspiré et s’est mis au travail, bien conscient que jamais, avec ses licences burlesques, il ne serait vraisemblable. Qu’importe. « Ce qui compte, dit-il, c’est que l’émotion soit vraie. »

On connaît assez son univers  pour ne pas attendre la rigueur d’un procès. « 9 mois ferme » est de ces farces où toutes les latitudes sont permises pourvu qu’on s’y amuse. Au passage, pas question de se priver de pourfendre les instances suprêmes de notre société, tout en s’employant aux détournements les plus réjouissants.

Car si Albert Dupontel a un côté justicier, toujours prêt à défendre les pauvres bougres contre les autorités ineptes et les lois iniques, il  a aussi et surtout une façon de faire bien à lui, qui passe par la torture des corps, les coups sur la tête, le sang qui gicle, entre sadisme enfantin et jubilation vache,  comme si pour assister la veuve et l’orphelin, il fallait rester un enfant, arracher les ailes aux mouches, ou comme ici, arracher les boyaux, le cœur, les poumons. La scène d’autopsie est d’ailleurs filmée à la façon d’une partie de plaisir, régalant d’abord visiblement celui qui la pratique (Philippe Duquesne) puis celui qui la filme, convaincu que la vérité est au fond des tripes – ne dit-on pas: voyons ce qu’il a à l’intérieur du ventre.

La preuve : Bob, le monte en l’air, est un bon bougre quoique  les apparences soient contre lui. D’abord, il vient de la rue. Gamin, il a été viré de toute part, allant de foyer en foyer, au point qu’«  à force de prendre la porte, il a fini par savoir les ouvrir ». S’il est accusé du pire, non seulement d’être entré chez un vieil homme mais aussi d’avoir bouffé les yeux de sa victime et de lui avoir tranché les membres, c’est parce qu’il n’a pas de passé, qu’il est perdu et qu’aux yeux d’un monde de puissants et de nantis, il constitue le coupable idéal. On connaît la rengaine à laquelle, dieu merci, Dupontel ajoute des strophes inédites et saugrenues.

Défendu par un avocat bègue (Nicolas Marié, génial) , Bob n’a pas besoin d’avoir fait l’ENA pour comprendre qu’il va écoper d’une peine maximale. D’où l’idée lumineuse de se rallier Ariane Felder, la fameuse juge austère, qui en bossant sur son dossier devrait pouvoir le disculper. On s’en voudrait de révéler davantage l’intrigue qui a encore de solides rebondissements sous la main – ô combien – et même si la façon dont l’intrigue se dénoue n’est pas l’essentiel d’un récit aux détails sophistiqués et à l’imaginaire débridé. Il faut voir Bob imaginer les scenarios les plus extravagants pour tenter de comprendre comment sa victime s’est retrouvée raccourcie et les yeux arrachés alors qu’il jure ne pas l’avoir touchée. Là encore, il y a une joie enfantine à filmer tout ce qui peut arriver à un corps vulnérable, vieil homme de surcroît –  d’une chute ordinaire à l’attaque hasardeuse d’un monde domestique où les objets les plus tranchants, couteaux et ustensiles de cuisine, seraient mis en branle à la suite d’un improbable aléa mécanique…

Le miracle du film n’est pas tant dans sa loufoquerie que dans cet assemblage d’invraisemblances qui accouche d’une vérité. Non pas tant par la grâce du rire ou d’un fantasme de justice que par la justesse des interprétations qui face à l’absurde demeurent ancrées dans le réel. Sandrine Kiberlain est à cet égard un modèle de tonalité grave, puissante, sincère qui appliquée à un monde où tout est à l’envers, produit un comique irrésistible.

« La famille est une tragédie écrite par les parents et jouée par les enfants… »  est –il dit au début de « 9 mois ferme ». Mais les enfants adorent la jouer, pourrait-on ajouter. Albert Dupontel en est le sale gosse, meneur de jeu impitoyable et tendre.

« 9 mois ferme » d’Albert Dupontel. Sortie le 16 octobre.      

Cette entrée a été publiée dans Films.

35

commentaires

35 Réponses pour Albert Dupontel, sale gosse désopilant

JC..... dit: 16 octobre 2013 à 11 h 54 min

Voilà un film comme je les aime !

Raconter l’invraisemblable et l’absurde ? Mais c’est approcher la vie de tous les jours au plus près …

Il faut vous dire que la défense de la veuve et l’orphelin, j’ai pratiqué. Recette : la veuve, sur le trottoir ! Le gosse derrière la machine à coudre, au fond d’une cave.

Ce film va me plaire….

u. dit: 16 octobre 2013 à 12 h 16 min

« la veuve, sur le trottoir ! Le gosse derrière la machine à coudre, au fond d’une cave. » (JC)

J’y crois.
Je les porte peut-être, tes T-shirts chinois.

Pour ta peine, tu vas revoir les Intouchables, pour t’apprendre un peu à rester à l’écoute de l’Autre.

JC..... dit: 16 octobre 2013 à 13 h 51 min

JOURNEE POURRIE

1/ Sophie,
je n’aurai plus jamais confiance en vous…! Voici ce que je lis dans le Nouvel Obs, sous la signature de Di Bella, un type qui a l’air sensé…
« Je ne suis pas non plus un grand fan des films dits « d’auteur ». En général, je les trouve ennuyeux et difficilement accessibles à un public non averti. Et la « Vie d’Adèle » n’échappe pas à la règle. Pendant trois heures, je me suis ennuyé à mourir. À un tel point que j’ai failli m’endormir à plusieurs reprises. J’ai même failli quitter la salle, avant de me raviser. Je regrette de ne pas l’avoir fait. »

2/Camarade u.,
- »Pour ta peine, tu vas revoir les Intouchables..; »
Je l’ai pas vu, et franchement ça ne me tente guère d’aller voir Bisounours Story, même si cela s’inspire d’un fait réel. !

- »Pour t’apprendre un peu à rester à l’écoute de l’Autre. »
Je suis à l’écoute de l’Autre, et franchement je n’entend que des conneries venant de l’Autre. C’est un grand couillon, l’Autre.
Evidemment, l’autre, en minuscule,… ma curiosité fait que je l’adore ! Sans sa majuscule pompeuse !

J.Ch. dit: 16 octobre 2013 à 14 h 12 min

JC, regardez donc sur votre journal favori (qui n’est pas le mien, loin de là): le Figaro.fr, la vidéo sur le verdict du public quant à « La vie d’Adèle », surprenant quand on sait que le Neuneuhof a descendu le film d’une dégueulasse manière

JC..... dit: 16 octobre 2013 à 14 h 24 min

Sophie, grâce à J.Ch vous retrouvez toute ma confiance ! Dieu, que j’étais en douleur, rendu malade par votre propos sur ce navet de Kéchiche.

Bon, c’est un excellent film, compris . Machine arrière toute. Je vais tout de même attendre quelques années avant de passer trois heures à zieuter les faces de ces joyeuses commères.

C’est long trois heures ….

pado dit: 17 octobre 2013 à 0 h 08 min

Putain de bordel de merdre !
J’en ai marre de ces blogs qui pour une demie fausse manoeuvre vous font perdre dix minutes de frappe à une heure du mat.
Chiller, comme dirait qui vous savez.

Peut-être que j’aurai le courage demain,
mais le Théorème sera résolu (quoique !)

pado dit: 17 octobre 2013 à 0 h 26 min

Finalement je ne suis pas si sûr que ça que Pasolini doive être excommunié.
Je me demande s’il n’a pas un bon fond.

JC..... dit: 17 octobre 2013 à 5 h 27 min

Pas taper, pado ? d’accord !
Mais une démonstration mathématique réussie demande de la culture, beaucoup de culture, pour savoir où en est l’état de l’art et, je vous l’accorde, une bonne pincée de délire pour trouver un chemin logique qui n’apparait jamais à vos yeux comme existant.

Ensuite, ce chemin, on le nettoie, on le rend praticable, utilisable par ceux qui iront plus loin grâce à ce chemin nouveau… le délire a servi à imaginer l’inimaginable.

Vous vous rendez compte de ce qu’à imaginé Einstein ? Le Temps qui n’est pas le même dans toutes les parties de l’Univers …

Par rapport à ceux là, nous sommes petits joueurs, puisque vous parlez de jeu ! Pasolini compris.

MF dit: 17 octobre 2013 à 8 h 35 min

Par rapport à ceux là, nous sommes petits joueurs, puisque vous parlez de jeu ! Pasolini compris. (JC)

Parle pour toi petite frappe inculte.

JC..... dit: 17 octobre 2013 à 10 h 39 min

Je connais MF !

C’est une jeune pucelle qui s’appelle Marlène Fouilletrou et qui n’a jamais pardonné au cinéphile que je suis de ne pas l’avoir embrassé lorsque nous avons vu ensemble « Naissance d’une nation » de Mélanie Griffith, à sa sortie en 1915 …. elle avait bouffé du rôti à l’ail au dîner.

Marlène, le temps a passé… oublie-moi, je t’en prie !

JC..... dit: 17 octobre 2013 à 12 h 05 min

Sophie, je suis certain que vous comprenez la situation qui m’oblige à dévoiler une partie peu avouable de ma vie privée. Soyez rassurée : nous en resterons là…

Polémikoeur. dit: 17 octobre 2013 à 13 h 20 min

Albert Dupontel, quel est votre lien
de parenté avec Gaston Lagaffe ?
Albert Dupontel : le grain… de sable
grand comme le Sahara !
Dans le monde d’Albert Dupontel,
ce n’est pas le battement d’aile du papillon
qui vient foutre le bordel, c’est l’Airbus
A 380 qui passe en rase-motte sur le château de cartes !
Albert Dupontel, c’est le débouche-tout concentré
pour culs coincés en même temps que le baume miraculeux
pour déshérité de l’existence.
L’oncle Mocky n’est pas loin.
Le Gotlib de la « Rubrique-à-brac » non plus.
Abonné à « L’Os à moelle » ?
Gourmandouzement.

Jacques Barozzi dit: 17 octobre 2013 à 21 h 18 min

Très belle comédie française finement filmée. Finalement l’émotion est au rendez-vous du fait de la mixité sociale de ce couple hautement improbable : ça marche !

pado dit: 18 octobre 2013 à 21 h 51 min

Air pur, arolles, tarines, ancolies et tétra-lyres (enfin pour les deux derniers, rarement, très)
Je me demande toujours si le Mont-Blanc n’est pas plus beau par la face sud, j’hésite.
Dupontel à Bourg-St-Maurice (le seul ciné du coin) pas sûr mais j’ose espérer qu’il sera encore présent dans quelques jours en 3 mètres sur 4 dans un studio parisien.
A priori ça fonctionne (alors que T.S. !) donc peut-être.
Faites moi plaisir, sauvegardez tous mon Dupontel.

u. dit: 19 octobre 2013 à 15 h 09 min

« Très belle comédie française finement filmée »

Je sais que c’est absurde mais cette phrase m’évoque la charcuterie.
Le film, c’est une tranche extrêmement fine, mais sans trous s’il vous plaît.

Salami?

JC..... dit: 19 octobre 2013 à 15 h 41 min

« Salami », c’est le « bonjour » des naufragés qui arrivent à Lampedusa en croyant parler italien ? j’ai bon, là ? j’ai bon ?…..

pado dit: 20 octobre 2013 à 0 h 27 min

JC….. dit: 18 octobre 2013 à 19 h 51 min
Boutique vide : il faut réagir …

Pourquoi les Livres, pourquoi pas le Cinéma ?
Je ne comprends pas.
Mystère du 1/4 d’heure wharolien.
Ce serait sympa de m’expliquer (même, et surtout, si je joue)

pado dit: 20 octobre 2013 à 1 h 18 min

A la réflexion (Est-ce réellement envisageable ?), il est possible que vous adoriez l’exposition.
Nom ou pseudo, il faut qu’il soit connu, lu, commenté.
Substitut du viagra, suppléant du cialis, ersatz en tout genre ?

Théoriquement je devrais être radieux,
journée superbe,
coucher de soleil inimaginable (mais réel)
Des rose-orangés totalement inconnus à Louveciennes ou Argenteuil.

Alors pourquoi ce sentiment ?
Pourquoi cette sensation de victoire de la parade ?

Une seule conclusion valable :
Chignin-Bergeron et Génépi sont une arme de destruction massive.

Quoique.

JC..... dit: 20 octobre 2013 à 14 h 40 min

…. faut se bouger, ici ! on entend le cri-cri des fauteuils roulants mal graissés, se déplaçant lentement dans le silence …..

JC..... dit: 20 octobre 2013 à 16 h 12 min

Ciel couvert, vent d’est chaud, prévisions mauvaises pour la nuit et demain.

Position du skipper : météo ? on prend ce qu’on trouve et on fait avec ce qu’on a !

(Une infirmière-chef ? Yes ! ce sera toujours mieux qu’une guyanaise anticolonialiste à la Taubira : celles là, c’est des sadiques qui remontent facile à Toussaint Louverture…)

JC..... dit: 20 octobre 2013 à 17 h 23 min

Revenons au cinéma, puisque nous sommes enfermés pour des raisons inconnues dans cette cellule numérique, en attendant que notre geôlière Sophie nous apporte pain, vin, et sourire….

Bien aimé « BIG FISH » de Tim Burton, passé hier sur une chaîne. Et vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>