de Annelise Roux

en savoir plus

La République Du Cinéma

Films

« Shokuzai » ou la malédiction des femmes

9

commentaires

Toute nouvelle à Ueda, la petite Emili arrive de Tokyo et la maîtresse n’a pas besoin de dire à la classe qu’il faut l’accueillir gentiment : les fillettes l’entourent et la regardent déjà comme une merveille. En très peu de temps, un groupe soudé de quatre amies va se former autour d’elle, jouant dans la cour et fêtant son anniversaire dans l’élégante maison où elle vit. Mais la belle et brève existence d’Emili prend fin et la ville d’Ueda dont la maîtresse d’école vantait la nature verdoyante et l’air pur, bascule dans l’enfer de la province et du crime. Emili a été assassinée dans […]

lire la suite .../ ...
« L’attentat » ou l’explosion d’un homme

2

commentaires

  On s’en voudrait de révéler le noyau de  « L’attentat », mais le récit, très vite, dévoile ce qu’il en est. A savoir que le docteur Amine Jaafari, figure centrale de ce beau film de Ziad Doueiri adapté du roman de Yasmina Kadra, est à son corps défendant impliqué dans le drame annoncé par le titre. La bombe qui a explosé dans un restaurant de Tel Aviv, faisant 17 morts dont 11 enfants, a été armée par une kamikaze qui n’est autre que l’épouse d’Amine, Siham. Si le récit ne fait pas mystère de cette révélation, il frappe le mari en […]

lire la suite .../ ...
Sorrentino Roma

Sorrentino Roma

4

commentaires

C’est, parmi les films en compétition à Cannes, celui  film qui porte le mieux son titre, « La grande bellezza ». Mais la beauté est une complice délétère qui grandit, tétanise ou foudroie, tel ce touriste japonais terrassé par le spectacle d’une ville, Rome, hantée par les fantômes et par les dieux. Paolo Sorrentino n’est pas Fellini ou Scola, ces deux figures auxquelles son film renvoie, mais il en est le disciple reconnaissant, et pour cause,  puisque qu’il propose une déambulation à la fois baroque et impeccable – sans parler des longues soirées sur la terrasse. Les motifs son éventés ? Qu’importe, c’est justement le thème […]

lire la suite .../ ...
Ce passé qui ne passe pas

3

commentaires

Présenté à Cannes en compétition officielle le jour même de sa sortie en salle, « Le passé » d’Asghar Farhadi impose le cinéaste iranien dans la cour des plus grands. Ce n’est que justice, tant son cinéma est riche, complexe et d’une radieuse humanité. « Le passé » met en scène Marie (Bérénice Béjo) et Ahmad (Ali Mosaffa). Elle  venue le chercher à l’aéroport. Chacun d’un côté de la vitre, ils se parlent mais on ne les entend pas. On ignore s’ils s’entendent, eux. Ils ont formé un couple puis se sont séparés. Il est là pour le divorce, revenu d’Iran dans cette France […]

lire la suite .../ ...
Enfance argentine

Enfance argentine

0

commentaire

Le film s’ouvre sur une scène de rue où l’on se tire dessus, scène de violence immédiatement transfigurée en animation. Sans être omniprésent, le dessin apparaîtra plusieurs fois, à certains moments clé du récit, transposition ludique pour signifier que cette histoire-là, quoiqu’elle raconte, sera jusqu’au bout du côté de l’enfance et d’un petit garçon nommé Juan. Juan et sa famille, argentins militants dans les années 70, membre de l’organisation Montoneros, quittent le pays pour y revenir plus tard sous une fausse identité.  Juan s’appellera Ernesto, du prénom de Che qu’il vénère. Il y a l’oncle Beto, sympathique figure de jeune […]

lire la suite .../ ...
« Liv et Ingmar », le temps de l’amour

3

commentaires

La maison est vide. Les pièces semblent avoir été désertées depuis peu. Les plans se succèdent, fixant des perspectives immobiles. Des photos en noir et blanc apparaissent. Liv Ullmann, entre deux âges ou du temps de sa splendeur. A deux pas de son visage, son pygmalion, Ingmar Bergman a l’air de vérifier qu’elle est en vie. Mais c’est lui qui n’est plus, et c’est elle qui témoigne aujourd’hui, lumineuse du haut de ses 75 ans (elle est née en 38). Elle témoigne de cette vie passée comme dans un rêve, comme dans un film et qui pourtant, fut bien réelle. […]

lire la suite .../ ...
« Stoker », l’ange et le démon

1

commentaire

Pour sa première incursion hollywoodienne, le Sud-coréen Park Chan-wook  filme une histoire de Wentworth Miller (l’acteur de Prison Break) qui n’est pas sans rapport avec ses films précédents – autrement dit suffisamment tordue pour que les studios pensent à lui. Une histoire de famille et de vengeance, d’amour et de haine, d’innocents et de monstres où brille un casting inattendu : Nicole Kidman, Mia Wasikowska et Matthew Goode. Expert en cruauté,  Park Chan-wook n’a eu qu’à radicaliser son style tout en euphémisant sa manière pour faire d’un suspense hitchcockien une sorte de monument gore et sensoriel. S’attachant à de menus détails plutôt […]

lire la suite .../ ...
Sortilège orthodoxe

Sortilège orthodoxe

0

commentaire

C’était un sacré pari : celui de faire entrer le spectateur dans le cercle très particulier des juifs orthodoxes sans jamais que soit porté le moindre jugement sur leurs pratiques ou leurs convictions.  De fait, la réalisatrice Rama Burshtein prétend montrer ce milieu-là dans sa complexité, de façon quasi ethnographique, sans position critique ni d’ailleurs assentiment particulier, mais en rendant ses personnages à la fois universels et singuliers. Oui, ce sont des ultra-orthodoxes respectant à la lettre les préceptes de la communauté, mais ils aiment, ils souffrent, ils ont peur et ils ont de l’humour comme tout le monde – la […]

lire la suite .../ ...
« Mud » ou le parti de l’amour

6

commentaires

Ce sont des gosses à la Mark Twain.  A peine 14 ans, se débrouillant comme des chefs et la tête pleine de rêves. Ellis (Tye Sheridan) vit sur l’eau, une maison de bois promise à la casse et pour laquelle ses parents s’entre déchirent.  Neckbone, lui (Jacob Lofland) est orphelin, élevé par son oncle (Michael Shannon), un type loufoque qui veille sur lui de loin et explore les eaux tourbes du fleuve.  Dès qu’ils le peuvent, les deux ados enfourchent la pétrolette de Necbone et prennent le large. Ils ont une île aux trésors, une vraie. Et sur cette île, […]

lire la suite .../ ...
L’écume des jours à la surface des choses

6

commentaires

Sans doute était-il le seul à pouvoir adapter le roman de Boris Vian qui pour tout adolescent d’autrefois fut l’étendard de la liberté et la jeunesse. Michel Gondry s’est pourtant noyé dans « L’écume des jours », triste roman joyeux où pour tromper la mort, chacun fait semblant d’être heureux et rit trop fort avant de s’en aller pleurer. Le monde de Michel Gondry serait-il trop proche de celui de Vian pour que les deux, en fusionnant, ne puissent que s’anéantir? Plus sûrement, le roman est trop abstrait malgré sa fantaisie pour ne pas échouer à prendre vie sur grand écran, et le réalisateur, […]

lire la suite .../ ...
« Iron Man », la chair et l’acier

2

commentaires

S’il est admis qu’un blockbuster américain, fût-il en 3D, abrite autre chose que ce qu’il montre, alors, « Iron Man 3″ est un film sur le cinéma et ses leurres, sur la comédie et sur ceux qui la jouent. Une telle approche conduit tout naturellement à s’interroger sur l’époque. A quoi ressemblerait un monde envahi par les effets spéciaux, déshumanisé par le virtuel, débordé par la technologie? Le fait est que du costume à l’armure en passant par le masque et les chausse-trappes du numérique, tout ici ramène à un enfer orchestré par l’inconséquence des hommes. Le film s’ouvre en 1999, […]

lire la suite .../ ...
Des lendemains qui déchantent

2

commentaires

Deux copines viennent de passer le bac. Elles ont la grâce de leur âge. Devant l’ordinateur, Audrey regarde les résultats. Elle est reçue, l’autre pas. Pour Audrey, avoir son bac, cela veut dire pouvoir voler de ses propres ailes, prendre un appartement à Rennes en colocation, être libre – même si ses parents sont sympas et qu’elle a un petit ami ici. Pour Nanou, ça veut dire rester, redoubler, respirer à l’étroit. De fait, quand Audrey s’installe à Rennes et suit ses cours à la fac de socio, elle semble comblée. Quand elle revient chez ses parents, elle se moque gentiment […]

lire la suite .../ ...
Kung-fu, la perfection du geste

9

commentaires

C’est une œuvre splendide, puissamment formelle, dont la gestation a pris des années et qui aujourd’hui encore, n’en finit pas d’être retouchée par son réalisateur. On connait la difficulté de Wong Kar-wai à se séparer de ses films. Celui-ci n’échappe pas à la règle, dont les mutations épousent son décor, la Chine des années 30 jusqu’à l’aube des années 50, et la complexité d’un récit à la fois profus et déchiqueté. « Le kung-fu, c’est deux mots, est-il dit dans « The grandmaster », horizontal et vertical, le vainqueur étant celui  qui se tient debout à la fin du combat » ; le film, lui, […]

lire la suite .../ ...
L’Algérie, repentis et fantômes

5

commentaires

C’est un cinéma aride, sans fioriture, sans argent non plus, ce qui n’empêche pas la beauté des plans, leur composition savante et la force d’une dramaturgie ponctuée d’ellipses. C’est un film rude et sans tapage qui a la bonne idée de s’ouvrir sur l’hiver d’Algérie – une saison si peu montrée quand il s’agit du Maghreb qu’on sait tout de suite que ce film-là ira contre les idées reçues. Un jeune homme court dans un paysage enneigé qu’on jurerait noyé sous la cendre. Il arrive à son village, frappe à une porte, embrasse sa mère. C’est un repenti, un islamiste […]

lire la suite .../ ...
« Oblivion », mélancolique odyssée

4

commentaires

« Peut-on regretter un lieu que l’on n’a jamais vu ? Une époque qu’on n’a jamais connue ? » se demande Jack Harper dans « Oblivion », qui signifie « oubli ». On est en 2077 et la terre a vécu l’apocalypse. Les humains ont gagné la guerre contre les Chacals mais les ravages sont tels qu’il a fallu plier bagage. Seuls, Jack Harper et son binôme, Vika, accomplissent une ultime mission avant de partir d’ici 15 jours. Ils vivent sur une plateforme au-dessus des nuages, en liaison quotidienne avec le Tet, monumental satellite  depuis lequel une certaine Sally dirige les opérations, donne les ordres et surveille ses […]

lire la suite .../ ...
« Pieta », mère pas très catholique

3

commentaires

Son job ? Créancier. Sa méthode ? Couper les bras quand ses débiteurs ne peuvent payer leurs dettes. Sa force ? Sévir dans le vieux quartier métallurgique de Séoul que le pays s’apprête à raser. Dans ces vieilles échoppes sombres où trônent encore des machines antédiluviennes, Kang-do ne se laisse émouvoir par rien. Il entre, menace ou mutile sans se poser de questions ni rendre de compte à personne.  Kim Ki Duk, lui, filme la fin d’un monde, la disparition programmée d’un passé chargé de mémoire. « Je n’ai plus rien à faire, je n’ai que des dettes » dit un artisan dont la vie […]

lire la suite .../ ...
Le temps de l’aventure, le temps de l’amour

2

commentaires

Alix est une comédienne, d’une quarantaine d’année (Emmanuelle Devos). Elle joue « La dame de la mer » d’Ibsen à Calais, se rend un matin à Paris pour passer un essai. Dans le train, elle remarque un homme installé un peu plus loin dans le compartiment (Gabriel Byrne). Il l’a vue, lui aussi. Leurs yeux se fixent, se détachent, se recroisent. Il est clair qu’ils se plaisent mais il faudra attendre pour que l’aventure programmée par le titre tienne ses promesses. Un instant, la cause semble acquise avec l’arrivée du train en gare du Nord: le bel inconnu s’approche d’Alix et lui […]

lire la suite .../ ...
Perfect mothers ou l’Eden maternel

4

commentaires

Elles sont amies depuis toujours, et depuis toujours vivent sur cette côte australe, dans une nature intacte et paradisiaque. Elles ont grandi là, entre ciel et mer – cette eau lagon qu’Anne Fontaine filme dans sa transparence, tout comme elle filme ce lieu comme le berceau du monde. Puis Lil (Naomi Watts) et Roz (Robin Wright)  ont eu leurs fils, à peu près en même temps – qui à leur tour sont devenus amis -, puis elles ont connu des épreuves, notamment quand le mari de Lil est mort, et chaque fois, l’une était là pour soutenir l’autre. Aujourd’hui, elles […]

lire la suite .../ ...
Marisa, 20 ans, guerrière

Marisa, 20 ans, guerrière

0

commentaire

Sur la plage, Marisa, 20 ans, regarde ce qui lui échappe : l’horizon, la mer, le ciel si vaste et ce grand-père qu’elle a tant aimé parce qu’il a fait d’elle une guerrière. Elle est allongée, un trou dans le corps, la tête renversée – pas de suspense pour ce film qui place son enjeu ailleurs et brosse, en une heure 40, le portrait d’une jeune néo-nazi. Tatouée, le crâne rasé, elle est scotchée à son mec qui fait partie de la même bande de nazillons. A plusieurs, ils arpentent les trains, effraient les passagers, brutalisent ceux qui n’ont pas la […]

lire la suite .../ ...
Almodovar classe l’affaire

0

commentaire

Quand le pays souffre, la croisière s’amuse. Que faire d’autre dans un monde où les démocraties tanguent sous le joug de la finance ? « Les amants passagers » n’est sans doute pas un « grand » Almodovar mais il y a quelque chose de roboratif à voir un cinéaste de plus de 60 ans dispenser sa bonne humeur pour consoler une nation en crise.  Mieux : se servir de cette crise pour en raconter les dépressions et les espérances, les désillusions et les effrois, le tout sous forme d’une farce sans complexe où pour conjurer le néant, on s’envoie en l’air. Rien n’est plus simple puisqu’on […]

lire la suite .../ ...