de Annelise Roux

en savoir plus

La République Du Cinéma

Films

Drague et cinéma

Drague et cinéma

0

commentaire

Son premier long -métrage, « La vie au ranch » était une pétaudière. En apparence du moins, car sous ses airs foutraques, la comédie était travaillée. Pas d’improvisation, des acteurs de rêve, une énergie du tonnerre et un canevas pensé pour aller à l’authentique de la jeunesse et du clan. Sophie Letourneur, la réalisatrice, affirmait sa singularité avec un portrait de génération dont la question en creux était : comment apprendre à vivre sans le groupe quand on a 20 ans? « Les coquillettes », son nouveau long, est d’un registre analogue -dialogues décomplexés, personnages d’une pièce, comédie vérité, intrigue ténue mais réfléchie – sauf […]

lire la suite .../ ...
Agathe, Montreuil et l’Islande

0

commentaire

Agathe et veuve. Son mari est mort brutalement et l’urne à laquelle elle s’accroche constitue l’épicentre de « Queen of Montreuil ». A rire ou à pleurer, c’est selon. Selon que cette jeune femme (Florence Loiré-Caille) reste en plein flottement, les mains remplies des cendres de son mari, ou qu’elle réagisse, ouvrant sa porte à tous et laissant la fiction, autrement dit la vie, emporter le chagrin. Agathe est de Montreuil comme on est de la banlieue ou du nord. Dans cette petite commune aux portes de Paris, elle vit dans une copropriété bucolique où ses voisins sont de doux égarés quand […]

lire la suite .../ ...
Ryan Gosling et Bradley Cooper, antihéros de l’Amérique

5

commentaires

Rien n’est plus lourd que le sujet de « The place beyond the pines », et pourtant, le film est comme touché par la grâce, non pas allégé d’un quelconque poids, mais dans sa solidité même, rendu vulnérable et bouleversant. Le sujet? La filiation, ce qui se transmet d’une génération à l’autre, l’héritage sous toutes ses formes, et ce qui en découle parfois, de malédiction. « The place beyond the pines » (L’endroit au-delà des pins), c’est la traduction littérale en iroquois de Schenectady, un bled dans l’état de New York, où Luke, cascadeur à moto, débarque pour faire son show. Il est tatoué […]

lire la suite .../ ...
Judd Apatow, famille je vous hais

2

commentaires

Ceux qui adorent son humour régressif en seront peut-être pour leurs frais. Ceux qui au contraire détestent les blagues de potache à tendance pipi caca pourraient bien s’attacher à « 40 ans: mode d’emploi », la dernière comédie de Judd Apatow. Pourquoi? Parce que si l’auteur de « En cloque, mode d’emploi » aime toujours autant s’amuser des tabous liés aux fonctions du corps, c’est au service d’un film à la fois hilarant et mélancolique. La jeunesse est encore là, mais sur le point de se faner, et le couple, ce drôle de rempart contre la solitude, est plus que vacillant. Soyons francs: après […]

lire la suite .../ ...
Camille Claudel réssuscitée par Bruno Dumont

0

commentaire

A la table du réfectoire où elle s’installe, elle préfère manger seule. A part. Elle n’est pas comme eux. D’ailleurs, elle a obtenu la faveur de préparer elle même ses repas. Quand le soleil point, elle va s’assoir dehors et mord dans sa pomme de terre en regardant la lumière jouer avec les branches décharnées. Elle ne sculpte pas mais son œil d’artiste sait voir. En attendant de quitter cet endroit où sa famille l’a internée, dans cet asile du sud de la France où la guerre, en cet hiver 1915, semble n’avoir pas lieu. Camille Claudel n’a rien à faire […]

lire la suite .../ ...
Malick fait merveille

Malick fait merveille

3

commentaires

Statufié vivant mais peu prodigue (« La ballade sauvage », 1973, « Les moissons du ciel », 1978, « La ligne rouge », 1998, »Le nouveau monde », 2005), Terrence Malick rattrape le temps perdu. Deux ans après « The tree of life », il déroule une histoire d’amour et de foi,  avec Ben Afleck, Olga Kurylenko, Javier Bardem et Rachel McAdams. Lyrique, frisant même le préchi-précha mais prenant le risque d’être mièvre, il affine encore sa manière, brouille les pistes, transforme sa bande son en murmures célestes et filme la vie comme une réminiscence. C’est au fond, toujours, après cela que courent les grands cinéastes: donner matière au temps, rendre palpable le sentiment de […]

lire la suite .../ ...
Un conte sans essor

Un conte sans essor

0

commentaire

Depuis le temps que les Jaoui/Bacri écrivent ensemble, oscultant la société et la nature humaine, ils ont fait le tour de bien des maux contemporains. A leur manière, légère, musicale, cocasse.  Cette fois, c’est sur le conte et les croyances qu’ils remettent l’ouvrage, ludique mais réfléchi - un peu trop sans doute pour dépasser la thèse, se défaire d’un cadre trop rigoureux. Leur aîné, maître ou modèle - quoiqu’ils n’aient jamais eu à le dire -, leur aîné donc, Alain Resnais, déclare volontiers qu’il tourne pour voir comment cela va tourner. Pas eux. Pas Agnès Jaoui qui filme pour mettre noir sur blanc ce qu’elle observe, ni Jean-Pierre Bacri, qui […]

lire la suite .../ ...
L’intelligence en action

0

commentaire

Au hit parade de l’intelligence en mouvement – à la fois malicieuse et roborative -, Françoise Héritier serait en tête. Pourquoi? Parce qu’en matière d’inégalité à combattre, l’anthropologue a des idées simples et lumineuses comme celle-ci, par exemple, concernant l’éternel duel hommes et femmes: puisque le travail domestique, celui que font les femmes en général, est négligé par les hommes, donnons lui une plus value, donnons lui le moyen d’entrer dans le PIB d’un pays ! Des mesures de ce genre, salutaires et pragmatiques, courent tout au long de « Notre monde », le documentaire de Thomas Lacoste qui découpe le monde pour […]

lire la suite .../ ...
Le gang au féminin d’Harmony Korine

0

commentaire

  Elles sont quatre jeunes Américaines rêvant d’aller en Floride faire un « Spring break » – autrement dit une fiesta à tout casser, sexe, drogue et drague à tous les étages. Mais pour cela, il faut de l’argent. Culottées – quoique a minima, elles sont en maillots de bain pendant tout le film -, elles décident de braquer un fast food avec des cagoules et des pistolets à eau. Ca marche. Elles partent. « Spring breaers » démarre ainsi, à toute allure, semant la déroute, anticipant la catastrophe, mais entretenant l’illusion que tout cela ne portera pas à conséquence.  Le film affiche d’emblée […]

lire la suite .../ ...