de Annelise Roux

en savoir plus

La République Du Cinéma

Films

« A Perfect Day » : suicide is painless

44

commentaires

Balkans. Les populations mises au supplice. « Autrefois, tu étais musulmane, tu avais un voisin chrétien ou vice-versa, ça ne posait pas de problème » dit un des protagonistes devant un paysage apocalyptique. Villages fantômes cisaillés par les tirs, maisons au toits crevés par les explosions. Les frontières – pas seulement géographiques, mais éthiques, le bien, le mal, la monstruosité, l’humanité, le pragmatisme ou le cynisme – sont gommées. Des enfants de douze ans brandissent un revolver pour se disputer un ballon. Outre le conflit ethnico-religieux, l’éclatement du pays a entraîné une dislocation de l’ensemble des paramètres. Des travailleurs humanitaires œuvrent en […]

lire la suite .../ ...
« L’Avenir » : Isabelle Huppert, ticket valable au-delà de toute limite

116

commentaires

De quoi prendre peur en découvrant l’affiche. La réalisatrice ? « Fille de » (deux distingués philosophes), « compagne de » (Olivier Assayas). Roman Kolinka, « fils de » (d’un côté, Marie Trintignant, irremplaçable, de l’autre, le batteur de Téléphone), « petit-fils de » (deux monstres sacrés cinématographiques, ainsi que Ginette Kolinka, grand témoin, déportée à dix-neuf ans à Auschwitz). Isabelle Huppert, superfétatoire de la présenter. Aux abris ? Boboïsation en vue ? Impossible de ne pas aimer ? Excommunication immédiate ? La puissance non-dite, atomique, du cénacle, liguée contre vous ad vitam æternam ? Un peu de népotisme est naturel, ne nuit pas, s’il n’est pas (trop) exercé […]

lire la suite .../ ...
« Rosalie Blum », entre Sophie Calle et ma Sorcière bien aimée

61

commentaires

Scénariste-justicier minutieux de l’affaire Bamberski auprès de Vincent Garenq, Julien Rappeneau passe à la réalisation, se dévergonde du côté de la fiction en adaptant une B-D de Camille Jourdy, et cela lui réussit. Sans chercher midi à quatorze heures, son film retrouve une dimension de comédie à la discrète féérie surannée. Frais, généreux, gnangnan juste ce qu’il faut, coloré des teintes d’une friandise de Pâques, réussissant à insuffler de la poésie au salon de coiffure d’une petite ville de province, il met de bonne humeur. En premier lieu parce qu’en Rosalie Blum, Noémie Lvovsky brune, sans fard, avec sa carnation […]

lire la suite .../ ...
« Triple 9″ : viril, mais encore ?

24

commentaires

Après qu’Olivia Wilde – numéro 13 qui assistait le Docteur House de ses yeux verts écarquillés et qui aimait aussi les filles – a parlé du sexisme hollywoodien ( jugée trop vieille pour jouer la partenaire de Leonardo DiCaprio dans « Le Loup de Wall Street»), interrogeons-nous dans cette veine. Les films ont-ils un sexe ? La scène de l’orgasme simulé a éclipsé certains détails de « Quand Harry rencontre Sally ». Billy Crystal s’enthousiasme pour un film de guerre, pendant que Meg Ryan pleure devant « Elle et lui ». À moins que ce ne soit dans cette romance chamallow, «Nuits blanches à Seattle», avec […]

lire la suite .../ ...
« Midnight Special » : special, indeed

23

commentaires

Alton (Jaeden Lieberher) petit garçon pâle est enlevé par son père biologique, Roy (Michael Shannon) aidé de Lucas (Joel Edgerton). Lourdement armés, ils l’évacuent de nuit, en proie à une extrême urgence, dans un climat de grande violence, pour le soustraire aux forces de police lancées à ses trousses, ainsi qu’à un groupe de fanatiques conduit par Calvin Meyer (Sam Shepard), prédicateur ayant élevé l’enfant sous son nom. Meyer monte en chaire pour scander d’énigmatiques prédictions chiffrées révélées par son fils adoptif, avant que la communauté ne soit appréhendée par des agents du gouvernement. Parmi eux, un jeune scientifique, Paul […]

lire la suite .../ ...
« Au nom de ma fille » : Auteuil enquête, le coeur en hiver

31

commentaires

Après l’engouement oscarisé de « Spotlight », voilà que la question se pose de nouveau, à la française. La coïncidence des deux n’est pas inintéressante. Quid du rapport entre réalité et transposition, en littérature comme à l’écran, qui semble si bien en cours ? Façon de s’entourer de garanties, rassurer son monde quant à la crainte d’un égarement des dramaturgies dans la nature ? Visage de géant intègre, Vincent Garenq exprime son attirance pour le documentaire. On avait pu le voir avec « L’Enquête » où Gilles Lellouche/Denis Robert claquait la porte de Libération pour plonger les mains dans le cambouis de Clearstream. D’autant […]

lire la suite .../ ...
« Ave César » : Salutations en tous genres

32

commentaires

Est-ce un bon cru ? Franchement, pas terrible. Le problème, quand on est tombé sous le charme du Dude (« The Big Lebowski », 1998), des aventures emberlificotées d’un Jeff Bridges mollasson en compagnie de John Goodman en vétéran-que-la-guerre-du-Vietnam-a-légèrement-perturbé, de l’impossible Monsieur Steve Buscemi et de « Jésus »(John Turturro, Marie, Joseph!) jouant au bowling en survêtement mauve, c’est que l’on a beaucoup de mal à être objectif. C’est mon cas. « Fargo », un de mes préférés, avec un Peter Stormare paradigmatique. Voire « Burn after reading », qui tout en étant un des plus faibles est un de ceux qui en raison de ses pitreries approximatives, en […]

lire la suite .../ ...
« Spotlight », Oscar du meilleur film ? Si vous le dites.

48

commentaires

La statuette est des plus convoitées. Davantage que le fétiche de « l’Oreille cassée » que tout le monde s’arrache dans Tintin. Les Américains sont friands de films d’investigation. Une longue tradition précédant même « Les Hommes du président », sorti en 1976, où Alan J. Pakula faisait exploser le scandale des écoutes (emblématique au point que, discutant avec des trentenaires, il n’est pas rare qu’à l’évocation des journalistes à l’origine de l’enquête, en lieu et place de Bob Woodward et Carl Bernstein, ils citent en toute bonne foi Robert Redford et Dustin Hoffman) en passant par « Erin Brockovich » de Steven Soderbergh (2000), où […]

lire la suite .../ ...
« Eperdument » : les circonstances atténuantes

57

commentaires

Lors de la 41ième édition des César, vendredi dernier, Florence Foresti et son comparse ès cérémonie ont taillé un petit costume à Guillaume Gallienne, prétendant l’avoir aperçu filant, poches non pas crevées comme celles de Rimbaud mais alourdies de cinq statuettes compressées par le sculpteur ayant donné son nom aux récompenses. Air connu, en ce qui le concerne : au passage, allusion à peine voilée à son phrasé, comment dire ? Particulier. Or, si j’avais apprécié le numéro où il incarnait à la fois sa mère et lui, je n’ai jamais vraiment compris la distinction partitive opérée par le titre entre « Guillaume » […]

lire la suite .../ ...
Tangerine : un jour son prince viendra

26

commentaires

Les César? Mais oui. Vous suivrez la cérémonie à la télévision, on ne parlera bientôt que de cela. J’ai mes inclinations, mes intuitions, des favoris. Si ça se trouve, nous y reviendrons – ou pas. Autre chose au feu pour l’instant. Los Angeles, à l’époque de Noël. Grandes avenues bariolées, soleil de plomb. Alexandra (Mya Taylor) est allée attendre Sin-Dee (Kitana Kiki Rodriguez) à sa sortie de prison. La superbe Noire à perruque lisse et son amie métis à chevelure blonde, râblée, fessier moulé dans un mini short, prennent un café à la table d’une boutique de donuts. Attendries, elles […]

lire la suite .../ ...
« Ce sentiment de l’été » : pavane pour une défunte, et l’amour renaissant

33

commentaires

Sasha s’étire à côté de Lawrence (Anders Danielsen Lie), son compagnon américain, prend son petit-déjeuner. Le vent soulève les rideaux, dehors la chaleur monte. Le grain des peaux est saisi de si près qu’une légère commotion sur son mollet est visible. Elle part à son travail, fendant un parc, la clameur tranquille de rues un peu désertes. La voilà teignant une pièce de toile, les mains pleines de pigments. Elle ne reviendra pas. Sur le chemin du retour, elle s’affaisse. C’est fini. Le jeune veuf est rejoint par la famille de sa compagne. Zoé (Judith Chemla) la sœur, mère d’un […]

lire la suite .../ ...
« Demain » : si on (réen)chantait ? Lalalala…

48

commentaires

Pourquoi avoir attendu pour chroniquer le documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent? Je l’avais vu en amont, peu après le massacre au Bataclan. Sidération due au choc de l’actualité ? L’écologie, thème trop en vogue, éculé ? Histoire de voir si le public allait suivre ? L’écologie est au centre de mes préoccupations depuis l’enfance. Ayant grandi à la campagne, mon côté jardinier est du domaine de l’inné. Comme qui dirait un ADN végétal. J’ai autant fait mes classes en lisant Boulgakov, Carver ou Proust, en étudiant les sciences-politiques qu’en regardant des paysans bouturer des plantes, des gens simples mettre […]

lire la suite .../ ...
« Chocolat » : Y a bon Banania ?

48

commentaires

Eh oui. La formule fait bondir, alors qu’elle fut avalée des années durant au petit-déjeuner. Ce visage noir si amène, si caricatural, sous le fez rouge… Décontextualisé il fait tiquer, de même que ces réclames du début XXième représentant pour le caviste Nicolas un père et son enfant accrochés à leur litron. Horreur, malheur. L’histoire pour être examinée ne doit pas souffrir d’anachronisme. Tout le monde fumait à tire-larigot dans les films de Sautet. Loin des débats nauséabonds à propos de la « race blanche », j’avais trouvé limite la polémique entourant « Tintin au Congo », et problématique la volonté du Rijksmuseum d’Amsterdam […]

lire la suite .../ ...
« Préjudice » : Cédric, fauteur de (grand) trouble

21

commentaires

« On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent ». La phrase de Bertolt Brecht offre une synthèse de ce premier long-métrage proposé par le scénariste et réalisateur belge Antoine Cuypers. Commençons par souligner une bricole énervante. La partition musicale appuyée sur des accords de cordes volontairement crispants dépasse son but, éclipsant un malaise plus subtil. On pense tant à la B.O de « The Lobster » (dont j’avais dit ici, sur le fil du 10 janvier, tout le bien ambigu que j’en pensais), que la question se pose de […]

lire la suite .../ ...
« Les délices de Tokyo » : l’Homme intranquille (sous les sakura)

28

commentaires

Qu’est-ce donc qui fait qu’on se laisse aller ainsi à l’ensorcellement des images longues, douces, posées, de Naomi Kawase ? Le shintô qui parcourt son œuvre, axé sur le polythéisme, le caractère sacré de la nature et qui place l’homme comme élément parmi le grand tout ? Cette inclination pour le Japon, délicate et vivace, ne pourra qu’être nourrie par cette histoire simple, qui s’ouvre et se referme sur les cerisiers, les allées fleuries de Somei Yoshino d’un blanc pur, à peine teinté de rose pâle, variété favorite des Tokyoïtes qui transforme selon la floraison le ciel en paysage de neige d’une […]

lire la suite .../ ...
O + O, pas égal à la tête de Toto

28

commentaires

Un documentaire, venu de Roumanie. À l’heure où au Danemark est envisagée la confiscation des biens des migrants – on sera soulagé d’apprendre que les alliances et effets à « forte valeur sentimentale personnelle » sont exclus a priori de la ponction, mais quid des dents en or ? – où les problèmes se multiplient à Calais, où l’Europe peine à apporter des solutions alors que le traitement des minorités est l’un des premiers indices permettant de jauger du degré d’élaboration d’une démocratie, pas mauvais de se pencher sur le mode de vie d’une « communauté au sein de la communauté ». En l’occurrence, les Roms. […]

lire la suite .../ ...
Bang Gang : MST, bleus à l’âme

19

commentaires

L’amour est une maladie sexuellement transmissible. On ne le répètera jamais assez. La voix-off du début, prédiction en chaire annonçant catastrophes ferroviaires, dérèglement du temps et canicule laisse présager le pire : encore une variation sur les partouzes ? Ce serait dommage d’en rester là. La parabole du cataclysme que peut représenter l’entrée dans l’âge adulte est bienvenue. Le sous-titre « une histoire d’amour moderne », pas aussi second degré qu’on le pense. Les lycéennes en ont-elles définitivement fini avec les diabolo-menthe, la chanson d’Yves Simon ? Le film d’Eva Husson ouvre un chapitre sur la difficulté du passage initiatique. Son propos […]

lire la suite .../ ...
« Les innocentes » d’Anne Fontaine enlèvent le péché du monde

19

commentaires

Pologne, 1945. Des cris déchirent les murs d’un couvent à la vie régie par la liturgie, l’obéissance à une Mère Abbesse emplie de sens du devoir. Quelques mois plus tôt, la communauté cloîtrée a été victime d’un viol collectif perpétré par des soudards russes. Agata Kulesza donne aux traits de cette religieuse pour laquelle la droite ligne, le déni sont la réponse une vérité tragique et complexe. Acharnée à repousser la fêlure par laquelle la lumière pourrait entrer, elle renvoie Sœur Maria (Agata Buzek) qui chapeaute le noviciat à la prière, la contrition pour unique panacée, accueillant pour elle-même un […]

lire la suite .../ ...
« Au Coeur de l’Océan » : Baleines

5

commentaires

Fous d’Herman Melville, et/ou des récits d’Owen Chase, Second du navire Essex qui fit naufrage en 1820 dans le Pacifique et dont l’épouvantable épopée fournit matière à l’auteur de « Moby Dick » et « Bartleby », armez-vous de méfiance. Pas de cirque autour des chefs-d’œuvre, des secrets de diaristes poussés par une nécessité atroce. C’est souvent périlleux, presque autant que de croiser la route d’un cachalot de la taille d‘un autobus. Qu’en dit notre cinéma intérieur, avant même de s’y rendre ? D’abord il y a Gadenne, ce texte publié par Camus dans la revue Empédocle en 1949, réédité chez Actes Sud dans la collection […]

lire la suite .../ ...
Tarantino : spaghettis ketchup

Tarantino : spaghettis ketchup

17

commentaires

Le revoilà. La bande-annonce en donne pour son argent. Extirpé de sa retraite, Ennio Morricone ne se prive pas d’y aller de son orchestration typique, dès les premières images, tandis qu’une diligence affronte le blizzard sur un chemin cahotant. On connaît assez le goût de Tarantino pour les grandes figures pour deviner à quel point les films de Sergio Leone ont dû le fasciner. Formellement, il épouse les codes avec une facilité virtuose : portraits à l’emporte-pièce, encre nette, allons-y de bon cœur comme on tamponne un passeport à la frontière. Samuel L. Jackson en Marquis Warren, chasseur de primes […]

lire la suite .../ ...
PAGE12345...10...Last »