de Annelise Roux

en savoir plus

La République Du Cinéma

Films

« Mémoires de jeunesse »: le testament à l’anglaise de Vera Brittain

1

commentaire

Elle était écrivain et pacifiste. Toute jeune, à peine fiancée, elle avait traversé la boucherie de 14-18 en se portant volontaire comme infirmière alors qu’elle venait d’être reçue au concours d’entrée d’Oxford. Cela avait été son rêve : apprendre à l’égal d’un homme, à une époque où une fille n’avait rien à faire à l’université (les premiers diplômes accordés aux femmes n’apparaissent que dans les années 20). Mais la guerre avait bouleversé son destin à peine exaucé – et celui de toute une génération, fauchant  les hommes sur le front alors qu’ils n’avaient pas 20 ans pour certains, décimant les familles, […]

lire la suite .../ ...
« Marguerite » chante Frot

« Marguerite » chante Frot

2

commentaires

L’histoire, véridique, a inspiré Orson Welles. Une diva chantant faux et  qui ne s’entend pas, quelle matière  !  Xavier Giannoli a toujours aimé ce genre de personnage, des personnalités à la marge, doublures ou escrocs qui échappent au sens commun et vont jusqu’au bout de leur désir. C’était le cas de Philippe Miller dans « A l’origine », cet arnaqueur magnifique qu’interprétait François Cluzet, ou encore d’Alain, dans « Quand j’étais chanteur » à qui Gérard Depardieu donnait son humanité. Cette fois, il s’agit d’une femme. Elle n’est pas malade comme dans « Les corps impatients », elle est juste riche, baronne, amoureuse de son mari […]

lire la suite .../ ...
« Les chansons que mes frères m’ont apprises »: India song

0

commentaire

Voilà l’un des plus beaux films qu’on puisse découvrir en cette rentrée, signé par une jeune réalisatrice, Chloé Zhao qui a consacré quatre années de sa vie à une réserve indienne du Dakota du sud. Immergée au sein de la communauté Lakota, elle a vécu avec ces gens et les a associés autant que possible à son récit, lequel brosse le portrait d’un frère et d’une sœur. Son empathie est si forte et son sens de l’histoire si affûté qu’à travers ses jeunes héros, c’est le sort des « Native Americans » qui se dégage, et au-delà, l’âme d’un pays et d’un […]

lire la suite .../ ...
« Youth »: Harvey Keitel et Michael Caine tiennent la posture

3

commentaires

A quoi est-on censé renoncer dans « Youth » qui est un film sur la vieillesse, sinon à la jeunesse justement ? Fred Ballinger et Mick Boyle sont deux vieux artistes que lie une amitié de toujours. L’un, Fred, est musicien (Michael Caine), il a créé des Chansons simples que la reine en personne aimerait entendre, pour l’anniversaire du prince, dirigées par lui-même ; l’autre, Mick, (Harvey Keitel) est un réalisateur dont le film en préparation a pour lui le prix d’un testament. Dans le bel hôtel suisse où ils sont en villégiature, ils devisent sur le temps qui passe, la paresse de leur […]

lire la suite .../ ...
« Mediterranea »: traverser pour l’ailleurs et pour le pire

19

commentaires

Ils sont au centre de l’actualité et au cœur du cinéma. Après « Dheepan » la semaine dernière, « Mediterranea » raconte une nouvelle histoire de migrants. Jacques Audiard le fait à sa façon,  interrogeant la forme pour aller vers la fiction. Jonas Carpignano se détourne du romanesque, colle au parcours de ses migrants, ne lâche pas ce qui se joue entre eux et le pays où ils échouent, l’Italie. Ses héros ont beau être traités comme des personnages, ils traversent une réalité qui n’a plus rien d’une fable. Pour autant, le film n’est pas non plus un documentaire. Il apparaît plutôt comme un […]

lire la suite .../ ...
« Dheepan »: Jacques Audiard a arraché la Palme avec un Tigre

6

commentaires

Cannes lui porte bonheur. Après le prix du meilleur scénario pour « Un héros très discret » en 1996 et le grand prix pour « Un prophète » en 2009, Jacques Audiard a triomphé en mai dernier avec « Dheepan » : palme d’or décernée par les frères Coen jugeant le film « magnifique ». Comme ses opus précédents, « Dheepan » s’articule autour de l’idée d’une paternité. Qu’elle soit fantasmée, réelle ou au travail, elle est là, qui hante un scenario construit sur l’histoire d’un soldat indépendantiste Tamoul fuyant le Skri Lanka au bras d’une femme et d’une fillette qu’il ne connaît pas mais qui vont finir par constituer […]

lire la suite .../ ...
« La belle saison »: une passion parisienne

6

commentaires

Juchée sur son tracteur, Monique cultive son champ. Autour d’elle, son mari et sa fille travaillent en silence dans l’air lumineux. Le bonheur est dans le pré même si Delphine a ses petits secrets, dont on devine qu’ils vont déterminer le film. « Je veux pas me marier » dit-elle à son père qui aimerait bien la voir au bras d’un homme. De but en blanc, on comprend qu’elle préfère les filles, mais qu’assumer son homosexualité dans un village du Limousin, surtout en ce début des années 70, n’est pas chose aisée. Delphine rêve de Paris. Au printemps 1971, la jeune fille […]

lire la suite .../ ...
« Coup de chaud »: la tragédie couve dans les maïs

4

commentaires

Il ne dit pas bonjour, ne tient pas en place, tourne autour des gens, tripote tout ce qu’il voit, ricane, suscite l’agacement et parfois les sourires.  A une autre époque, on l’aurait appelé l’idiot du village. Aujourd’hui, Josef Bousou, fils de ferrailleurs et enfant de la commune (Karim Leklou), finit avec une tâche rouge dans le ventre. Sous la pluie, titubant, blessé à mort. Raphaël Jacoulot s’est inspiré d’un fait-divers qui a eu lieu dans l’est de la France. Il en a adapté le récit et tourné ailleurs, dans le sud –Ouest, à Puch d’Agenais. Ebranlé par cette histoire tristement […]

lire la suite .../ ...
« La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil » : trop beau pour être vrai

10

commentaires

Le roman de Sébastien Japrisot fut porté à l’écran en 1970 par Anatole Litvak, mais le cinéma a toujours chéri cet écrivain dont le vrai patronyme était Jean-Baptiste Rossi et qui mourut en 2003 à l’âge de 71 ans. « Un été meurtrier » ? C’était lui. « Un long dimanche de fiançailles » ? C’était lui. Sans parler de ses scripts originaux dont « Le passager de la pluie » de René Clément. Joann Sfar dit qu’il s’est plus inspiré du film de René Clément que de celui de Litvak pour adapter « La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil ». Le joli minois de Freya […]

lire la suite .../ ...
« Le Petit Prince »: patrimoine céleste

4

commentaires

Comment adapter l’œuvre la plus vendue au monde du patrimoine littéraire français – 185 millions d’exemplaires à travers le monde ? Un roman en forme de conte de surcroît, dont le mérite essentiel est la simplicité et dont les préceptes tiennent le prodige d’exhausser les vertus cardinales sans être mièvres. « On ne voit bien qu’avec le cœur ». Dieu merci, on voit bien aussi avec les yeux, ce qui a permis aux adaptateurs de ne pas trop se fourvoyer… En allant chercher  une petite fille d’aujourd’hui qui ne saurait rien du « Petit prince » d’Antoine de Saint Exupéry, ils se sont d’abord […]

lire la suite .../ ...
« While we’re young »: Ben Stiller, Naomi Watts, à l’âge de raison

18

commentaires

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie » écrivait Nizan au début de Aden Arabie. Ses vingt ans lui auraient-ils paru plus joyeux s’il avait franchi le cap des 40 ans au lieu de se faire tuer à 35 ans ?  Pas sûr. Il faut sans doute avoir passé cette barre fatidique pour que soudain la vie s’accélère et apporte ses premières angoisses. Ce ne sont pas encore des regrets, d’ailleurs, rien n’a changé en apparence, mais l’âge qui semblait n’exister que pour les autres a soudain pris une importance qu’il n’avait pas avant.  […]

lire la suite .../ ...
« Love » : l’amour à corps et à cru

26

commentaires

Comment se saisir de cette oeuvre inclassable qui défie le genre avec mélancolie ? C’est un film d’amour avec les codes du porno et c’est aussi l’histoire d’un couple qui n’arrive pas à s’aimer, de deux paumés qui se défoncent et baisent trop, le récit d’une rupture et d’une perte irrémédiable. C’est une longue réminiscence rapportée en voix off par l’homme, Murphy, désormais avec une autre femme dont il a un enfant – mais hanté par la précédente, Electra, dont un beau matin, il apprend par téléphone qu’elle a disparu. Electra, c’était la passion. Son absence, exacerbée par la menace d’une disparition […]

lire la suite .../ ...
« Amy », trop aimée, désaimée

48

commentaires

Ils ont tous fait partie de sa vie. Ses copines d’enfance, ses parents, son ex-mari, son manager, son médecin. Ce sont eux qui la racontent. Eux qui l’ont cotoyée et recomposent le portrait d’Amy Winehouse, la chanteuse soul qui trouva la mort juste avant d’arriver à l’âge de 28 ans, rejoignant ainsi le club des jeunes défunts tués par trop d’excès, abus de talent, d’alcool, de drogues et de détresse.  Le film d’Asif Kapadia est sans doute le portrait le plus minutieux et le plus doux, le plus amoureux aussi qu’on puisse faire de cette « frêle jeune fille » à la […]

lire la suite .../ ...
« Victoria », une fille et une ville d’aujourd’hui

24

commentaires

C’est un long plan séquence de 2 heures 20, entendez que le film est d’un seul tenant, sans le moindre raccord. La performance est assez rare pour qu’elle soit soulignée, mais elle ne serait pas grand-chose si elle n’était au service d’une œuvre qui est bien davantage qu’un exercice de style. « Victoria » du cinéaste allemand Sebastian Schipper, est le portrait d’une toute jeune femme qui a quitté son pays, l’Espagne, pour Berlin, la ville qui fait tant rêver l’Europe. C’est le miroir d’un personnage en quête d’ailleurs et prêt à une greffe radicale sans qu’il en ait cette conscience-là. C’est […]

lire la suite .../ ...
« Les mille et une nuits: l’inquiet »: Miguel Gomes tire toutes les ficelles

22

commentaires

Que faire de son désir de récit quand on est cinéaste ? Filmer des chantiers navals qui périclitent ? Donner la parole aux ouvriers qui se souviennent des bateaux dont ils étaient fiers ? A moins de filmer les nids de guêpes qui colonisent les arbres et que les pompiers brûlent dans la nuit… La profusion du réel est un gouffre – et que dire de la fiction dont l’enchantement est sans fin ?  Faut-il trahir le discours militant, s’aventurer dans l’imaginaire d’un pays ou s’en tenir à ce qu’il vit au quotidien ? Etre poète ou militant ? Tant d’interrogations ont assiégé Miguel Gomes, cinéaste […]

lire la suite .../ ...
« Valley of love »: l’impossible retour

47

commentaires

« Je vous attends pour mourir », dit une jeune fille surgie de nulle part. Elle est plantée dans la nuit californienne, face à Gérard à qui elle s’adresse, et il n’a pas l’air étonné de sa présence. La mort, il la connaît. Il est venu là pour son fils Michael, qui, avant de se suicider, avait programmé par lettres ce rendez-vous. Il est venu comme tout père se serait rendu à une telle invitation, aussi bizarre soit-elle. Sans croire au miracle annoncé – le retour de son fils –, mais l’espérant quand même. Dans l’hôtel où il séjourne, au bout […]

lire la suite .../ ...
« Comme un avion »: Bruno Podalydès suit la vie au fil du courant

70

commentaires

La vie est-elle un long fleuve tranquille ou une brève échappée au fil du courant ? Cinéaste du ténu et des résidus de l’enfance, Bruno Podalydès est un mélancolique dont les comédies prolongent la délicieuse créativité des jeunes années, à moins qu’elles ne surmontent le désespoir d’avoir grandi. Ses films ressemblent à des rêves car l’existence est un songe. L’auteur de « Dieu seul me voit » et de « Adieu Berthe » en est cette fois le conteur et le personnage principal. Dans « Comme un avion » sorte de raid au paradis perdu et retrouvé, il est Michel, un infographiste d’une cinquantaine d’années qui adore […]

lire la suite .../ ...
« Loin de la foule déchaînée »: Vinterberg, Hardy dans le genre

57

commentaires

Bathsheba Everdene est une jeune femme peu commune de l’époque victorienne. Eprise de liberté, n’en faisant qu’à sa tête malgré son jeune âge, orpheline, éduquée mais pauvre, elle travaille dur à la ferme. Le voisin, Gabriel Oak, a remarqué sa taille fine et sa beauté juvénile. C’est une fille pour lui, il le sait – nous aussi. Mais quand il vient lui faire sa demande en mariage, au début du récit, c‘est tout juste si elle ne lui rit pas au nez. « Vous devriez me dompter et vous n’en seriez pas capable, je suis trop indépendante ! s’exclame-t-elle. L’histoire va consister […]

lire la suite .../ ...
Clotilde Courau et Stanislas Merhar sortent de l’ombre de Garrel

38

commentaires

Film d’amour en noir et blanc, dans cette veine que le cinéaste d’ « Elle a passé tant d’heures sous les sunlights » n’a cessé de suivre même lorsqu’il faisait des pas de côté, « L’ombre des femmes » a illuminé la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Avec la régularité d’un métronome et une économie adaptée à son cinéma, Philippe Garrel propose une oeuvre qui a la simplicité d’une chronique et la complexité de la vie. Elle s’appelle Manon, il s’appelle Pierre, ils travaillent ensemble, lui réalisateur, elle scripte et monteuse. Ils s’aiment bien sûr, ce qui ne suffit pas. Ils n’ont pas beaucoup […]

lire la suite .../ ...
« Trois souvenirs de ma jeunesse »: Desplechin rembobine

24

commentaires

Arnaud Desplechin, hors compétition officielle mais à la Quinzaine des réalisateurs? Voilà bien l’ironie de la vie qui prolonge la fiction et donne à cette autobiographie réinventée, un magnifique hors champ. C’est l’histoire d’un homme qui s’invente un double parce que la vie est romanesque pour peu qu’on s’en donne la peine. Paul Dedalus a le culot des jeunes gens, et comme ceux de la Nouvelle vague, il est désinvolte et malheureux. Né orphelin d’une certaine manière, n’aimant pas sa mère, tout comme François Truffaut ou plutôt Antoine Doinel, son avatar. En cinéaste reconnaissant, Arnaud Desplechin a lui aussi son avatar, […]

lire la suite .../ ...