de Annelise Roux

en savoir plus

La République Du Cinéma

Des maths comme on les aime

Par Sophie Avon

Il y a ceux qui ont toujours détesté les maths, qui ont souffert le martyre pour percer à jour les algorithmes et  les équations. Ceux qui se souviennent encore d’avoir été nuls dans cette matière comme si une destinée  avait pesé sur leurs épaules. Ceux pour qui «les maths, c’est sans pitié», ainsi que le résume un Américain  interrogé par Olivier Peyon à qui l’on doit ce documentaire passionnant. Et puis, il y a les acrobates du nombre et la formule. Dont le  mathématicien Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields en 2010. Il a le look d’un poète, la coupe d’un ménestrel, l’air d’un étudiant et des problèmes …de chaussettes. Pour lui, les maths, c’est une usine à fabriquer des concepts. Il est une véritable star dans son domaine et même au-delà. En Allemagne, il retrouve des passionnés dans son genre, et ensemble, ils s’amusent comme des petits fous.

«La façon dont on arrive au résultat, dit l’un d’eux, compte autant que la solution…» «Trouver le bon problème, c’est très important car c’est le chemin qui compte….» confirme l’autre.  Cela, on le savait  depuis Nicolas Bouvier mais on ignorait que les mathématiques pouvaient ressembler à un voyage. Ce film nous l’apprend, qui aux quatre coins du monde, interroge l’extraordinaire pouvoir d’une discipline sans doute mal aimée, mal enseignée surtout. «Il faut faire des maths une histoire mystérieuse qui enchante les enfants…» dit un amoureux.

Le documentaire d’Olivier Peyon est ainsi fait, bâti comme une course au trésor, cheminant à travers l’éducation, la recherche, la politique, la philosophie et la finance bien sûr, puis s’incarnant à travers des figures brillantes, de Cédric Villani à Jean-Pierre Bourguignon, inlassable combattant de la discipline, à François Sauvageot, autre spécialiste émérite, en passant par la clinicienne Anne Siety qui évoque le doute et parle de «l’aventure mathématique». Tous répètent que cette matière haïe qui dirige le monde a une vraie beauté. Le vertige de «Comment j’ai détesté les maths» tient au fait que cette beauté, on finit par la distinguer dans sa complexité même.

« Comment j’ai détesté les maths » d’Olivier Peyon, sorti en DVD - Editeur Blaq Out.
Cette entrée a été publiée dans DvD.

13

commentaires

13 Réponses pour Des maths comme on les aime

S. Harfang dit: 1 novembre 2014 à 22 h 46 min

« … une discipline sans doute mal aimée, mal enseignée surtout …», oui c’est aussi l’idée que défend Stella Baruk en essayant de faire porter un autre regard sur les mathématiques et son enseignement. Pour cette pédagogue, l’enseignement des mathématiques passe d’abord par la langue de façons à donner un sens aux concepts par trop abstraits.
Je n’ai pas vu ce documentaire, mais votre billet comme bien souvent Sophie, donne envie de ne pas en rester là…

JC..... dit: 2 novembre 2014 à 11 h 11 min

Il serait naïf de croire que cette discipline, admirable dans le merveilleux travail de l’imaginaire qu’elle permet, puisse être appréciée et pratiquée par tous et toutes également, si elle était « bien enseignée ».

Elle est, dans ce sens, comme toutes les autres : on aime ou on n’aime pas !

Mais quand on aime ….. mmmh, quel régal, quelle joie, quel orgasme !

ueda dit: 2 novembre 2014 à 18 h 16 min

les commentaires de JC veulent être sérieux, ils sont simplement cocasses et ridicules

Vous êtes adorables toutes les deux, Milena et Dora.

Vous réfléchissez ensemble.
L’une aura proposé « cocasses », l’autre « ridicules ».
Vous avez fini par vous accorder pour les garder tous les deux.
C’est un bel hommage à la nuance.

Milena et Dora dit: 2 novembre 2014 à 18 h 20 min

merci pour la nuance… vous réfléchissez tout seul et voilà ce que cela donne : aussi nounouille que du JC

JC..... dit: 3 novembre 2014 à 8 h 23 min

Il est plaisant, Milena et Dora, de voir vos petites personnes s’effriter lentement au fil du temps.

Bientôt, il ne restera plus de vous, que deux tout petits tas de poussière inutile, appelés à disparaître …

Milena et Dora dit: 3 novembre 2014 à 9 h 13 min

Nous sommes toujours là, JC le fourbe comme on vous nomme sur la RDL, et sommes bien décidées à y rester, ne vous en déplaise

JC..... dit: 3 novembre 2014 à 11 h 42 min

Vous aimez les mathématiques, les naines de l’esprit ?

Cela m’étonnerait : il faut beaucoup d’humilité, d’application, de sérieux, d’efforts joyeux, de concentration, d’imagination …

Vous vous rendez compte ! Une géométrie où les parallèles se coupent ! Ah ! on est pas à tricher là, on est dans la jungle…

michel dit: 3 novembre 2014 à 17 h 20 min

Milena et Dora, je ne suis pas sûr que vos règlements de comptes intéressent les lecteurs de ce blog.
Si j’ai arrêté de lire les commentaires sur la RDL c’est à cause des ces discussions stériles et des noms d’oiseaux échangés à longueur de commentaires.
De grâce merci de ne pas polluer ce blog !

JC..... dit: 3 novembre 2014 à 18 h 38 min

Sophie,
J’ai tenté de parler de mathématiques, vous l’avez vu….

Que faire ? L’effroi me saisit… le cinématographe ne va pas disparaître, hein ? Ce fut un art, tout de même….

Cela me navrerait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>