de Annelise Roux

en savoir plus

La République Du Cinéma

Drague et cinéma

Par Sophie Avon


Son premier long -métrage, « La vie au ranch » était une pétaudière. En apparence du moins, car sous ses airs foutraques, la comédie était travaillée. Pas d’improvisation, des acteurs de rêve, une énergie du tonnerre et un canevas pensé pour aller à l’authentique de la jeunesse et du clan. Sophie Letourneur, la réalisatrice, affirmait sa singularité avec un portrait de génération dont la question en creux était : comment apprendre à vivre sans le groupe quand on a 20 ans?

« Les coquillettes », son nouveau long, est d’un registre analogue -dialogues décomplexés, personnages d’une pièce, comédie vérité, intrigue ténue mais réfléchie – sauf que le groupe est réduit à un trio de filles et la construction en flash-back. Les trois copines se souviennent d’un festival de cinéma (Locarno) où elles ne pensaient qu’à draguer.  Même Sophie (Sophie Letourneur) qui y présentait son film, ne pensait qu’à ça : rencontrer un mec et Louis Garrel si possible.  Les deux autres, Camille et Carole (Camille Genaud et Carole Le Page) avaient aussi leurs petites obsessions. L’une avec un type mal déterminé, Martin, oscillant à son contact entre la fuite et le baiser, l’autre avec un Italien, Luigi, pas très désirant.

La comédie est brève, elle va vite et fonde sa mécanique sur ces allers-retours entre le présent et le passé, si bien que le filtre de la fiction est déjà là, pris en charge par la façon dont chacune des trois filles raconte non seulement sa propre histoire mais aussi celle des autres. Outre que les comédiennes sont géniales, leurs personnages sont d’une dimension que le cinéma prend rarement la peine d’envisager sous de tels angles : ridicules, fortes, parfois grandioses, bourrées de contradictions, trimballant des maladresses de fillettes et des héroïsmes de fantassins. Ces femmes-là sont si vivantes qu’elles en deviennent des personnages. Et si le film est réjouissant, c’est dans cette revendication sans complexe du féminin avec ses clichés et ses inattendus, ses terrains familiers et ses gouffres.

Sortie le 20 mars.

Cette entrée a été publiée dans Films.

0

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>