de Annelise Roux

en savoir plus

La République Du Cinéma

Le gang au féminin d’Harmony Korine

Par Sophie Avon

 

Elles sont quatre jeunes Américaines rêvant d’aller en Floride faire un « Spring break » – autrement dit une fiesta à tout casser, sexe, drogue et drague à tous les étages. Mais pour cela, il faut de l’argent. Culottées – quoique a minima, elles sont en maillots de bain pendant tout le film -, elles décident de braquer un fast food avec des cagoules et des pistolets à eau. Ca marche. Elles partent.

« Spring breaers » démarre ainsi, à toute allure, semant la déroute, anticipant la catastrophe, mais entretenant l’illusion que tout cela ne portera pas à conséquence.  Le film affiche d’emblée son style, caméra mobile, rythme effréné, peps, musiques  pop et couleurs à chaque plan, oscillant entre entre clip pour jeunesse dorée et en souterrain, ce qui gronde et donne du champ à la tragédie à venir.  Car c’est une comédie tragique, portée par l’énergie de ce petit gang au féminin  (Vanessa Hudgens, Selena Gomez, Ashley Benson, Rachel Korine),  qui s’envoie en l’air, se défonce et  prend ses rêves pour des réalités. Harmony Korine, le réalisateur, colle aux consciences qui divaguent, au temps qui se dilate et filme au plus près l’hystérie joyeuse de ces filles qui se comportent comme des jouisseuses mais appellent leur mère en cachette.

Sa mise en scène tourne pourtant au procédé et lasse avant de glacer. Trop de distorsions chronologiques, trop de superpositions de temporalités freinent le récit et dissolvent la tension. Ca n’empêche pas le film de demeurer attachant, émouvant  in fine, car il raconte l’histoire d’adolescentes qui se croient au paradis, transformées en déesses alors qu’elles se transforment en monstres. Quand elles rencontrent l’inquiétant Alien (James Branco) petit voyou de quartier, elles sont à un cheveu de perdre leur âme, définitivement.

Harmony Korine est un malin : il laisse croire que « Spring breakers » est un teen movie mais c’est un conte moral. Evidemment cruel.

En salle depuis le 6 mars.

 

Cette entrée a été publiée dans Films.

0

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>